mercredi 13 octobre 2010

Belle and Sebastian - Write About Love

Des fois j'aimerais écrire une chronique sans avoir écouté le disque, juste avec le titre, la pochette, et puis un peu d'instinct. J'ai été très tenté pour Belle and Sebastian, tellement on sent de très loin ce qui va se passer avec Write About Love. A voir la pochette, on sait qu'on reste dans la continuité, et le titre nous confirme dans cette idée. Un album de pop encore, qui va parler d'amour. A priori on ne risque pas de se tromper. Stuart Murdoch a beau avoir innové l'an dernier avec le projet God Help the Girl, ici c'est Belle and Sebastian, donc il ne devrait pas y avoir trop d'influence de ce dernier projet. Enfin, si on considère que If You Feeling Sinister et Fold Your Hands Child, You Walk Like a Pleasant sont leurs chefs d'œuvre et qu'ils ont plus de 10 ans maintenant, on est très tenté d'avancer que ce nouvel opus ne sera sûrement pas aussi bon. Bon sang, des fois je me dis que les choses sont vraiment faciles, et prévisibles.

Mais je l'ai écouté cet album. Et je suis plutôt content de l'avoir fait. Non pas qu'il ait tordu le cou à toutes mes spéculations, non, le résultat était presque couru d'avance, mais comme tout album de Belle and Sebastian, c'est avant tout un très bon moment. Stuart Murdoch reste un excellent compositeur de pop, et il pourrait faire n'importe quoi que ça resterait quand même agréable, ne serait-ce que parce qu'on se rappelle la douce mélancolie des albums précédents. Quoique, Write About Love est quand même bien loin de la douceur de Fold Your Hands Child, et nombre de chansons sont étonnamment vitaminées, et on le sent dès le début du disque avec ce rythme de batterie vraiment bien présent sur "I Didn't See It Coming". Enfin bien sûr si on se réfère à The Life Pursuit la surprise est moindre, mais comprenez, il est tellement plaisant de se souvenir avec un pincement au coeur l'émotion ressentie dans les moments les plus brillants du groupe qu'on en vient à oublier le reste.

Belle and Sebastian c'est le souvenir lointain de se sentir naïf et fragile face à des chansons d'une simplicité désarmante, et c'est ce souvenir qui conditionne toute écoute future, en bien ou en mal. C'est cela qui nous fait frémir sur "I Want to Stop the World", petit bijou de chanson pop qui semble exister en nous depuis des années à la première écoute. Alors oui, on se désole des chansons un peu trop remuantes comme "I'm Not Leaving in the Real World", mais voilà, une chanson pop reste une chanson pop, et elle nous mettra toujours de bonne humeur, surtout si on sent que c'est Stuart Murdoch qui l'a écrite. Cette musique, a priori niaise et un peu kitsch, nous enlève tellement tout sens critique qu'on ne peut pas en vouloir à qui que ce soit. Toujours mélancolique, toujours joyeux, toujours le même, jusqu'au bout.  Et la trompette de "The Ghost of the Rockschool" me fait le même effet que celle de "I Fought in a War", oui oui, même si je sais que dans l'absolu je préfère la seconde.

Mais il n'y a pas d'objectivité avec Belle and Sebastian, et c'est ça qu'on aime chez eux. Il n'y a pas de degré dans la bonne humeur, si on est touché c'est gagné, et en ce qui me concerne, chaque production de Stuart Murdoch me touche. Alors oui, les chansons sont moins bonnes qu'avant, oui Isobel Campbell n'est plus là et c'est un désastre, mais la musique garde cette touchante sincérité. J'aurais sans doute écrit une chronique plus juste et objective si je n'avais pas écouté l'album, mais ç'aurait été me priver d'un excellent moment. Alors, dire la vérité d'un air maussade ou être de mauvaise foi en souriant ? J'ai déjà choisi.





Nathan explique tout cela mieux que moi sur Brainfeeders & Mindfuckers, avec un titre vraiment adéquat qui plus est. Un peu plus nuancé du côté de Sound of Violence et Panda Panda cependant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire