lundi 11 octobre 2010

Neil Young - Le Noise

Neil Young a beau avoir la plus grande et la plus belle partie de sa carrière derrière lui, ça ne l'empêche pas de continuer à sortir des albums qui impressionnent à chaque fois par leur qualité.Contrairement à Bob Dylan qui s'amuse avec des musiciens sans chercher à se renouveler, Neil Young a encore des choses à dire, des idées à developper et il prend tout le soin nécessaire pour les mettre en oeuvre, fin de carrière ou pas, à 65 ans comme s'il en avait 20. Et à l'écoute de son dernier album intitulé Le Noise, on en vient vraiment à se demander si le canadien aura un jour une fin de carrière. Toujours en forme et toujours inspiré, ce dernier album tient largement la comparaison avec ses plus grands succès.

Je n'ai pas d'affection particulière pour Daniel Lanois, qui a certes produit les meilleurs albums de U2, mais aussi les plus mauvais. Et je n'aime pas trop le travail qui a été fait sur Oh Mercy, de Dylan. Bref, pas ma tasse de thé. Mais je lui reconnait un talent incontestable pour produire des albums avec un son vraiment excellent. Et en l'occurrence, avec Neil Young c'est cela que l'on voit le plus. Comme pour nous faire plaisir, il reprend sa Gretsch et décide de jouer tout seul, avec sa guitare. Un album de folk donc, mais de folk avec une guitare électrique bien saturée. Et c'est là que Lanois fait des merveilles, dès les premiers accords de "Walk with Me", la guitare de Young remplit la pièce, et il parvient à combler tout l'espace disponible par sa seule présence. Ajoutez à cela les miracles que sait faire Neil Young avec une guitare électrique - il suffit d'écouter la BO de Dead Man de Jarmush pour s'en rendre compte - et on a un album qui tient déjà bien la route, à l'image d'un "Someone's Gonna Rescue You".

C'est sûr que le procédé est assez daté, mais pourquoi en tenir compte ? A l'écoute de "Love and War", un des deux morceaux acoustiques de l'album, j'ai beau avoir l'impression d'écouter un disque de 30 ans d'âge, la chanson n'en est pas moins excellente, et rivalise avec les meilleures choses que Neil Young a pu faire. Dans un sens, il n'a vraiment pas changé, son talent de songwriter est intact; il ne fait que s'adapter aux question de la société actuelle. Car le canadien garde un regard acéré sur le monde qui l'entoure, comme on le voit dans "Angry World". Et chacune des huit chansons de l'album respire cette sorte vérité immémoriale qui est sa marque de fabrique, mais qui garde toujours autant d'impact aujourd'hui. De vrai folk-songs en somme. Mais traitées avec la rage électrique du Neil Young version Crazy Horse. Pour nuancer un peu, on peut reprocher à Lanois d'avoir été un peu trop loin dans sa recherche sonore, et Neil Young n'échappe pas à l'éternel echo à peu près omniprésent.

Le Noise est donc une très bonne livrée de Neil Young qui semble de plus en plus inépuisable. Évidemment il ne n'est pas dans l'air du temps, mais il reste un témoignage indispensable d'un songwriter devenu une légende, encore bien vivante. Neil Young nous rappelle qu'un bon album, c'est avant tout de bonnes chansons, et un bon son. Ni plus, ni moins.







Apparemment tout le monde est d'accord, en tout cas c'est le cas chez Good Karma et Branche ton Sonotone!.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire