jeudi 7 octobre 2010

Troy Von Balthazar - How to live on Nothing

Les plus ardents fans du rock alternatif des années 90's connaissent sûrement Chokebore, le groupe de Hawai qualifié de grunge pour avoir fait les premières parties de Nirvana, auteur d'hymnes rocks déchirants de mélancolie. Ce temps là est révolu aujourd'hui, et Troy nous sort discrètement un album solo, plus calme mais pas moins tourmenté.

Le son de l'album est assez typique: des chansons à base folk avec des arrangements variés, allant d'une boucle électronique à un délire bruitiste, le plus marquant restant la présence récurrente d'un clavier vintage, au son très chaleureux. Le tout est produit avec un son pas très propre, qui donne un cachet supplémentaire à l'ensemble. Troy égrène donc 14 chansons aux styles différents mais qui expriment une certaine vision de la vie au travers d'expressions différentes. On y trouve des perles de chansons pop aux airs de tubes de radio, comme "Happiness and Joy" et sa mélodie de guitare, son refrain irrésistible.

On y trouve des ballades très touchantes, ce qui est peu surprenant au vu de ce que savait déjà faire Chokebore à l'époque. Ainsi, "Wings" est tout simplement merveilleuse, nue comme un ver et pourtant si poignante. A l'inverse, Troy sait faire exploser ses chansons vers des sommets qui vous arrachent le coeur, que ce soit avec des refrains bien amenés comme dans "Mt Balthazar", ou par du bruit plus ou moins présent, à l'image de "Communicate", qui se transcende vers la fin, ou "In Limited Light" ou le bruit souligne cette ballade proprement déchirante.

Troy Von Balthazar montre ainsi qu'il conserve toute sa qualité de songwriter, au travers de chansons exceptionnellement variées, mais qui gardent leur unité par la façon dont Troy les arrange et les interprète. A l'écoute de l'album, on a vraiment le sentiment d'être en face d'un homme avec de nombreuses choses à dire, et qui ne se prive pas pour le dire de toutes les façons dont il est capable. Une très bonne surprise que cet album donc, qui atteint par moment l'excellence.






A voir également sur Little Reviews et Brainfeeders & Mindfuckers. Thomas de Le Golb a même obtenu un entretien. L'album est en écoute sur Deezer et Spotify.

2 commentaires: