samedi 13 novembre 2010

Black is Black

Aujourd'hui c'est playlist! Je vous le dis maintenant, mais vous finirez par vous en rendre compte, j'adore faire des listes de plein de trucs, des classements et tout ce genre de choses journalistiques. Du coup les playlists c'est mon dada. Bref, aujourd'hui, on est dark, on est goth, on est mystérieux, sombre, ténébreux, car la playlist tourne autour du noir. Vu le nombre de groupe qui commencent par Black, je me suis dit qu'il y avait moyen de faire quelque chose, et je ne suis sûrement pas le seul à y avoir pensé. Mais parmi tous ces groupes, les seuls que j'aime bien évoluent plus ou moins dans le même domaine, du coup j'aurais presque pu dire que c'était une playlist de rock garage. Mais ce sera pour une autre fois. Chez moi, la playlist ça se passe sur Spotify, j'espère que vous l'avez, sinon je vais devoir apprendre à mettre une playlist sur Blogger et ça m'embête, je suis pas très doué pour ça. Donc vous cliquez ici: Black is Black. Ou sinon, vous lisez, et vous imaginez la chanson dans votre tête grâce à mes brillantes hypotyposes.

Edit: Magie!



The Black Angels - You in Color: Oui je sais, c'est bizarre de commencer une playlist sur le noir par une chanson avec un tel titre, mais ça me faisait rire. C'est du pur Black Angels, avec une batterie bien lourde qui ne bouge pas d'un iota et la voix d'Alex Maas lointaine et puissante, mais j'aime particulièrement les guitares dessus: libres, hypnotiques et méchamment psychédéliques. Ca sonne comme du Velvet période White Light/White Heat.

Black Rebel Motorcycle Club - Six Barrel Shotgun: Pas un truc de rigolo ça. Des vrais bikers qui t'envoient direct un riff qui restera dans les annales du rock tellement c'est simple et évident. Le morceau défile sans jamais faiblir, en gardant son énergie tout du long. Les mecs ils savent faire du rock, pas de soucis là dessus. A écouter avec une veste en cuir (noir).

The Black Box Revelation - Get in Touch with the Devil: Le groupe belge qui a sans doute beaucoup appris du groupe précédent. Là aussi, on a un riff bien efficace, et des breaks batterie-voix qui sont aussi peu originaux que jouissifs. Faut pas grand chose pour que ça marche, hein. Puis une voix à la Iggy Pop pour conclure le tout, de quoi se plaint-on.

The Black Keys - Strange Desire: A l'époque où les Black Keys avaient des couilles sur tout leur album, et pas juste sur un quart de leurs chansons. Bah on avait des morceaux bien garage, avec un pur son de guitare qui résonne juste assez pour qu'on ait vraiment le sentiment d'être dans un garage. Dan Auerbach avait déjà cette voix sublime, presque possédée tellement ça prend aux tripes. Bref, c'tait le bon temps.

Black Lips - Stone Cold: C'est pas le genre de trucs qu'on connait le plus chez eux, mais ce blues ultra classique revisité en une prise est tellement puissante que je pouvais pas la laisser passer. On dirait Screamin' Jay Hawkins qui aurait pas eu les moyens de rentrer en studio. Du blues qui garde toute sa puissance, c'est rare pour être souligné.

Black Mountain - Wucan: Idem que pour les Black Keys, c'tait le bon temps, quand Stephen McBean balançait cette voix nonchalante "Oh no you dooon't", avec ce petit rythme allant et les enchevêtrements guitare/claviers derrière, un peu illuminés. Ils nous faisaient des morceaux qui prenaient le temps de ménager une tension, juste assez pour nous laisser savourer.

Frank Black - Men in Black: Lui aussi, il a choisi de s'appeler Black et pas Charles Michael Kittridge Thompson IV, on le comprend. Après les Pixies, il a fait pas mal de trucs, notamment du punk bien crade dans un délire ufologiste qui précède le film du même nom. Ca balance bien, le son est bien acide et Frank chante n'importe quoi. Pas ce qu'il a fait de mieux, mais j'aime bien.

Black Flag - Nervous Breakdown: J'ai découvert Black Flag dans The O.C. quand Seth fait une crise d'adolescence éclair. Oui, chacun ses références, n'empêche que je suis content de connaitre aujourd'hui. C'est du punk hardcore, comprendre un morceau court, saturé, rapide et un mec qui hurle ou qui essaie de chanter. Ca ne ralentit que quand ça s'arrête, c'est comme un rail de coke.

Black Sabbath - Paranoid: Bah oui, obligé. Paranoid c'est un peu LA chanson black quoi, autant dans le son bien sale et ce solo qui défonce tout, que dans les paroles "People think I'm insane because I am frowning all the time" Du culte, parce qu'il en faut de temps en temps.

Mark Lanegan - Man in the Long Black Coat: Il s'appelle pas Black, mais avouez qu'il pourrait. Une des rares reprises de Dylan que j'aime autant voire plus que l'originale. Sa voix rauque et les arrangements un peu plus simples et sombres que ceux de Lanois lui permettent de transcender cette magnifique chanson, à une époque où Dylan en faisait plus beaucoup.

Et en bonus track, encore un passage obligé (là c'est plus l'image que le son qui est garage...):



(Cet article a été rédigé dans le noir, vêtu tout de noir de la tête aux pieds. Après ça vous ne pourrez pas dire que je fais les choses à moitié)

1 commentaire: