mercredi 3 novembre 2010

Cloud Nothings - Turning On

Cloud Nothings c'est le buzz improbable de cette année, l'histoire d'un gamin de 18 piges à Cleveland qui d'un coup d'un seul, se retrouve à faire plein de concerts et sortir pas mal de chansons. Je n'ai pas suivi pas à pas chacune de ses productions, et donc la sortie de Turning On, qui compile tout ce qu'il a fait depuis un an, est un bon moyen de rentrer une fois pour toute dans la musique de Dylan Baldi, et de faire le point.

Je m'attendais à un rock très hype comme l'avaient fait The Pains of Being Pure at Heart l'an passé. Et étonnamment on est assez loin de ce genre de chose. Bien sûr, la production est très lo-fi, il faut dire que le gamin enregistre chaque instrument tout seul chez lui, et puis bon, on est pas si loin de Detroit, ça doit sans doute inciter à sortir des disques bien crades. Mais mis à part ce son, les chansons ne sont ni plus ni moins que du bon rock, pas vraiment shoegaze ni noise ni quoique ce soit vaguement rattaché à un revival actuel. Non, Cloud Nothings tire ses influences de tout ce qui s'est fait de bon dans le rock alternatif depuis la seconde moitié des seventies. Et il les nomme lui même: « The Zombies, The dB's, Hüsker Dü, The Replacements, Wire, The Urinals, Television. » Du rock de jeune en somme. Et les 2 minutes tout juste de "I Can't Stay Awake" qui ouvre l'album ne me contrediront pas, tellement tout sonne spontané et frais, de la voix au solo frénétique.

Et ce qu'il y a de bien avec ce genre de musique, c'est qu'on ne peut pas lui reprocher de ne pas se renouveler. Elle est tellement ancrée dans un genre bien connu, que l'album peut bien continuer pendant trois quart d'heure dans la même veine qu'on est pas fatigué. C'est du rock, ça balance, y'a des bons riffs, des bons refrains, du gros son, et c'est tout ce qu'il faut. Pas besoin d'être original quand on ne prétend que faire du rock. Et là où Cloud Nothings se démarque particulièrement, c'est dans l'écriture de ses chansons. C'est incroyable de penser que tout seul, il ait réussi non seulement à composer des chansons très bonnes voire excellentes, mais en plus à leur donner une vie en les enregistrant. De l'intro réjouissante de "You Are Opening" à la violence de "I Am Rooftop", en passant par les mélodies tranquilles de "Hey Cool Kid" ou le refrain dansant de "Real Thing", Dylan Baldi fait un peu ce qui lui plait, tant que ça bouge et que ça sonne. Cette fraicheur et cette sincérité font décoller des chansons d'une évidence désarmante, presque banale, comme dans "Water Turns Back", ce qui nous ferait presque penser au Brian Jonestown Massacre.

Cloud Nothings est donc un buzz bien mérité, tant le talent de Dylan Baldi est certain. Son rock est ultra-efficace bien que reposant sur des techniques relativement éculées. Il est toujours bon d'entendre du rock rafraichissant comme ça, même si on regrette qu'il reste sans prétention, et qu'il ne puisse donc pas dépasser le simple statut d'album à se caler pour prendre son pied vite fait bien fait. A suivre néanmoins, maintenant qu'il est repéré, on attend la suite de Cloud Nothings, avec peut-être plus d'innovation, mais je l'espère pas un "album de la maturité" surproduit.




6 commentaires:

  1. Allo allo, on demande la chronique de l'excellent Turning On!

    RépondreSupprimer
  2. C'est bon, j'avais merdé avec l'éditeur... C'est assez frustrant j'imagine une chronique non finie! :D

    RépondreSupprimer
  3. Ben oui j'avais juste la pochette... Pour la suite ça devrait être pour bientôt. Début 2011 normalement et chez Carpark en plus. L'album sera produit par Chester Gwazda (Dan Deacon et Future Islands) et risque de ne pas être aussi Lo-fi que ce disque.
    Fallait demander! (Bon ok j'ai tout piqué ici : http://www.carparkrecords.com/artists.htm) ;).
    Hate en tout cas d'entendre son premier véritable album!

    RépondreSupprimer
  4. Je vous suis, je vous suis!
    Promis...
    :-)

    RépondreSupprimer
  5. C'est coolos. Mais ça s'arrête là. Je crois que je préfère encore la fraîcheur de The Drums. Et la hargne des Smith Westerns. Et la virtuosité de Wombs (putain quel album, d'ailleurs).
    Mais à force, j'ai quand même d'écouter toujours la même chose.

    RépondreSupprimer
  6. Hi, there is a new split CD of Cloud Nothings and Kevin Greenspon available at http://www.bridgetownrecords.info - get in touch for MP3s and info!!

    RépondreSupprimer