mardi 2 novembre 2010

Gold Panda - Lucky Shiner

Comme chaque année, il nous vient  régulièrement des premiers albums très attendus après quelques singles/EP très prometteurs. Et à chaque fois l'opinion se partage entre ceux qui considère de plus ou moins bonne foi que l'album concrétise les talents décelés auparavant, et ceux qui sont déçus de ce feu de paille. Gold Panda est un de ceux-là, en ayant déjà provoqué un petit buzz avec "You", et sortant ici l'album, Lucky Shiner. Je vous avoue que, en ce qui me concerne, je n'en avait jamais entendu parler avant d'entendre tout le monde dire que c'était l'album electro à écouter cet automne. De bonne humeur ce jour là sans doute, j'ai décidé de jeter un coup d'oeil sur ce Gold Panda. Et c'est plutôt une bonne surprise, à l'instar de Glasser.

Déjà, ne boudons pas notre plaisir, le fameux "You" qui ouvre l'album est une petite bombe. Un rythme qui balance, des sons martelés façon house mais de manière bien plus travaillée et subtile. Je pense direct à Mount Kimbie, qui est ma référence en terme de bonne surprise electro cette année. On retrouve ce côté souriant et ce son organique, simple de loin et complexe de près. Dès lors, je suis dans la peau des auditeurs sus-cités, "You" m'enthousiasme, j'ai hâte d'entendre le reste. La suite continue avec ce beat bien présent, et des boucles un peu plus rentre-dedans que dans "You". A priori moins de finesse dans les transitions, mais toujours cet aspect vraiment agréable, et la sensation d'écouter un bon album, au juste milieu entre la facilité qui fait bouger le corps et la complexité qui fait danser les neurones. Ainsi, "Same Dream China", "Snows & Taxis" et "Before We Talked" sont chacun de très bons moments entre violence du beat et hypnose par la répétition sonore.

Mais cette structure est assez lisible, et lasse donc rapidement. Heureusement la suite change un peu de façon de faire, avec des morceaux moins immédiats et plus originaux, comme "I'm With You But I'm Lonely" qui démarre plus lentement et s'efforce de se démarquer par rapport aux morceaux ayant posé le "style Gold Panda" auparavant. L'essai est louable, mais le morceau ne décolle pas vraiment, et marque une baisse de régime malgré de bons passages. Et toute la suite de l'album semble reposer sur ce schéma. Le son a basculé, et les morceaux ne font plus sourire, ne font plus danser, à l'image du deuxième "You", bien en deça du précédent. Là où le début de l'album réussissait habilement à mêler le son organique avec un rythme qui ne descendait jamais, la fin peine à accomplir cela, à l'image de "Greek Style", qui commence très bien, mais s'essouffle passé la moitié du morceau, comme par manque d'inspiration.

Au final, le style de Gold Panda nous faisait craindre un album qui serait rapidement répétitif. L'effort a été fait d'éviter cet ecueil, mais en baissant largement en qualité. L'attention baisse en même temps que les pistes défilent, et la fin ne laisse pas le goût savoureux que le début nous mettait en bouche. Alors, album mal organisé ou réel manque d'inspiration, je ne sais pas. Toujours est-il que, à l'instar de Baths il y a quelques mois, Gold Panda n'a su faire qu'une moitié d'album (très) réussie. Frustrant, décevant, le cap de l'EP n'a pas été bien franchi, et Gold Panda restera pour moi dans la sélection espoirs.






Esprit Critiques va dans mon sens, en terminant sur une note plus positive, et Pop Revue Express adore.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire