mardi 30 novembre 2010

Hooverphonic - The Night Before

On tombe sur de ces trucs des fois. Hooverphonic, pour moi c'est le groupe one-shot qui a sorti l'excellente chanson "Mad About You", un tube très 90's, grandement inspiré par Portishead, et puis qui est retourne dans sa Belgique natale, sans que personne ne s'en rende compte. Que nenni, Hooverphonic vit encore, et ils ont sorti un album récemment. Je me suis donc penché dessus par pure curiosité, alors que je n'ai jamais écouté aucun de leurs albums précédents. Ce que j'apprends, c'est que la chanteuse de "Mad About You", Geike Arnaert, est partie, et a été remplacée par une jeunette de 22 ans - c'est la fille avec le haut qui fait mal aux yeux, juste à gauche. Un tournant dans la carrière de Hooverphonic donc, même si je suis à deux doigts de dire que ce n'est peut-être pas si important que ça vu la discrétion dont a fait preuve Hooverphonic depuis son coup d'éclat. Ou alors je suis vraiment passé à côté de quelque chose, si c'est le cas n'hésitez pas à me le dire.

Sur The Night Before, je remarque tout de suite que le côté trip-hop présent sur "Mad About You" devait être un gros coup de producteurs, parce que Hooverphonic c'est pas ça du tout. C'est du rock tout ce qu'il y a de plus classique, presque variété en fait. Tout le poids des chansons repose sur la voix de la pauvre Noémie Wolfs, qui n'a pas intérêt à se planter. Ce qu'elle ne fait pas. Le moins qu'on puisse dire, c'est que tout ça est très professionnel, elle chante très juste et aisément, aucun problème la dessus. Enfin si, on pourrait quand même pointer que c'est très conventionnel, classique, et si je voulais être un peu plus piquant je dirais plat et fade. "Angel Never Dies" est donc un chef-d'oeuvre de prudence et de modération. Oh, j'aime bien ça moi quand on sait rester mesuré, mais bon, faut un juste milieu, même dans la modération (oui, ça devient complexe là). "Heartbroken" parait donc très audacieux à côté avec son refrain qui s'énerve un peu (mais vraiment un tout petit peu). Pour vous dire, ça m'a fait penser à Down the Drain de Lilly Wood & the Prick, mais il faut dire ce qui est, cette dernière a bien plus de chaleur et d'énergie à revendre. Encore une fois, j'ai pas bien envie d'être méchant mais Hooverphonic a l'air d'avoir un bon paquet d'années de retard. Et pour autant ça n'a pas de petit cachet vintage. Non, ça tape pas encore dans du vieux, on reste dans l'entre-deux entre l'air du temps et la nostalgie, l'espace intermédiaire qui n'intéresse personne parce que ça ne fait pas encore assez longtemps que c'est passé.

Allez en cherchant bien on trouvera une petite ritournelle de synthé sur "Norwegian Stars" ou un petit break surf avec des cuivres et un synthé presque actuel qui fait une apparition sur "George's Cafe". Un bon petit passage instrumental, mais bien inoffensif. Ce qui me surprend le plus au final c'est l'absence de titres, que dis-je d'UN titre, juste un single énorme comme ce genre de groupe sait faire en général. Un album moyen, mais le paquet sur une chanson, et ça fait plein de sous pour pas grand chose, tout le monde est content, à dans dix ans. Mais même pas. J'y ai cru avec "Encoded Love", mais le chant de Noémie Wolfs manque bien trop d'originalité et de panache pour faire décoller la chanson. Et dites moi le son de guitare surf à la Hank Marvin des Shadows c'est revenu à la mode récemment ? Ou peut-être que je me trompe... En tout cas ils ont l'air d'aimer ça chez Hooverphonic. C'est pas une mauvaise idée, mais dans ce cas là il aurait fallu aller jusqu'au bout, parce que là ça sonne juste bizarre. J'en prends pour exemple "Sunday Afternoon" qui est une bête chanson, à laquelle on a collé un riff comme ça, mais au final ça ne prend pas, c'est comme si le compositeur avait oublié son idée passé le premier couplet.

Pas besoin d'en dire beaucoup plus, ce nouvel album de Hooverphonic ne fera pas date c'est certain. Trop redondant, trop plat, trop prudent et un peu trop décennie passée. Le changement de chanteuse y est sans doute pour quelque chose, mais je doute que Geike Arnaert ait pu relever suffisamment cet album pour le rendre vraiment intéressant. Ma curiosité est bien mal payée, j'aurais pu rester dans l'idée que Hooverphonic était un one-shot et que "Mad About You" faisait toujours plaisir quand elle passait à la radio, et rester dans l'ignorance. D'ailleurs c'est là que je retourne, cette parenthèse ayant été bien inutile.




1 commentaire:

  1. Je suis un grand fan d'Hooverphonic, et pour cette raison, je ne peux que te soutenir dans cette critique (sur laquelle je suis tombé au hasard, en fouillant pour voir si l'avis général suivait le mien)

    Bref, un album fade, qui se rapproche d'une pop-rock pour chanteuse cordiale et académique. Cela dit, si je ne peux que t'appuyer sur cet avis, et puisque tu le demandes plus haut : Oui, il faut absolument que tu écoutes les albums précédents, dont les titres sont autrement meilleurs que "Mad About You" si l'on tend quelque peu l'oreille.

    En somme les deux premiers albums ("New Stereophonic Sound Spectacular" et "Blue Wonder Power Milk") purement trip-hop ont tout simplement été un tournant pour le genre, même si ils ne sont pas mes préférées en tant que tels, mais chacun aura son avis sur le sujet.
    Après survient "The Magnificient Tree" qui lui annonce vraiment ce que j'aimerai appeller la "couleur" du groupe, à savoir un véritable onyrisme, un trip-hop mêlé de dream pop, de toute beauté vraiment.
    Et on atteint finalement le top avec "Presents Jackie Cane" qui est juste d'une originalité, et d'une beauté déconcertante (d'ailleurs le coté rétro est délibérément utilisé dans cet album à fond les ballons, mais contrairement à "The Night Before" avec originalité et sans médiocrité aucune).
    "No More Sweet Music" est très bon aussi, et reste dans la continuité de la marque de fabrique du groupe.
    Et l'avant-dernier "The President of LSD Golf Club" apparemment moins bien apprécié, mais je ne saurai dire pourquoi. Il reste à mon sens subtil, agréable, onyrique, du Hooverphonic pur, quoi, en évolution.

    Mais le dernier album, peut être parce qu'une nouvelle chanteuse, peut être un coup d'essai raté, peut être, on ne le saura jamais, est totalement nul. Donc vraiment j'insiste, essaye les autres albums, sait on jamais !

    RépondreSupprimer