vendredi 12 novembre 2010

N.E.R.D. - Nothing

Je n'ai jamais suivi le phénomène N.E.R.D. de très près, juste quelques morceaux entendus en soirée, quelques personnes autour de moi qui étaient fan, et voilà en gros. Je sais que c'est un groupe de producteurs, et qu'ils sont plus ou moins connus pour faire une musique un peu "fusion" entre rock, rap et funk (c'est ce que dit Wikipédia en tout cas). Enfin, dans mon esprit, ça peut potentiellement être pas mal, genre un rap qui groove bien avec des bons breaks rocks comme on en faisait avant. Nothing était pour moi une bonne occasion de prendre le train en marche, et de voir ce qu'il en était en fin de compte.

Et bien, en fin de compte, j'en étais loin (du compte). N.E.R.D. c'est pas du tout de la fusion. Ou alors ça l'était au début et depuis le temps l'originalité du truc s'est dissipée. "Party People" qui ouvre l'album n'est pas très engageante. Je n'ai pas été vraiment surpris, sachant que N.E.R.D. était composé de producteurs, mais bon. Le refrain sonne comme un tube actuel, genre Black Eyed Peas ou je ne sais quoi. En gros c'est ultra attendu et pas original, et y'a pas grand chose qui sauve le reste de la chanson. Les rares morceaux de rap sont très catchy, et assez superficiels. Là, je me dis: "Si par fusion ils entendent prendre toutes les facilités de chaque genre, je sens que ça va vite m'emmerder." Bon heureusement les Daft Punk ont fait du morceau suivant "Hypnotize U" un morceau assez intéressant, très simple, une chanson sympa, sans être géniale. Je reprends confiance. Mais la suite va être très inégale. On a des titres qui, comme "Hypnotize U", sont plutôt pas mal, bien faits, bien que pas vraiment originaux encore une fois. "Help Me" est plutôt agréable par exemple, ou "It's in the Air". L'instru de "I've Seen the Light" est bien trouvée, même si l'omniprésence des cuivres dans cet album finit vite par agacer. Enfin, "Sacred Temple" fonctionne bien, même si elle recycle des sons de la fin 90's, début 00's qu'on aurait aimé oublier.

Mais alors pour le reste, on a vraiment des choses affreuses. "Victory" puis "Perfect Defect" desservent l'album avec un son mou, et plutôt kitsch pour le premier, et des poncifs de "morceau dynamique" pour le second, qui ont été tellement utilisés que c'en est presque insupportable de les entendre quand on s'y attend pas vraiment. Que dire des petits choeurs rythmés vers le milieu de "Nothing On You" que je saurais pas dire sur qui ils ont été pompés tellement y'en a eu et tellement ça m'intéresse pas, aussi. Je ne parle pas du mauvais rap qui suit (et qui pourtant est un des rares passages qui ressemble vraiment à du rap), avec son "Who came here to party" saturé. Quant à "Hot-n-Fun" en duo avec Nelly Furtado, on s'en serait douté, c'est un potentiel tube de radio, mais même ça je trouve ça mal fichu, pas vraiment accrocheur. De manière générale, le chant n'est vraiment pas terrible, peu assuré, manquant cruellement de rythme et d'assurance, et reposant la plupart du temps sur des procédés assez clichés du RnB ou n'importe quoi d'autre du genre. C'est ce qui fait de "God Bless Us All" une chanson qui ne parvient pas à décoller malgré une instru plutôt intéressante.

Pour faire simple, N.E.R.D. est bel et bien un groupe de producteurs, qui font des choses de producteurs, des trucs bien efficaces et tout. Sauf que là ces tics de producteurs ne conduisent même pas à une flopée de tubes comme on peut en avoir ailleurs. Quant au prétendu mélange des genres, j'ai du mal à le voir. Comme beaucoup de groupes de hip hop, les instrus puisent autant dans le rock que le jazz ou l'electro, mais rien de particulièrement original. La musique de N.E.R.D. n'est ni du rap, ni du rock ni un mélange des deux, ce n'est pour moi que de la soupe, à peu de choses près. Je vais attendre le prochain Kanye West pour avoir du hip hop qui ait un peu de gueule et plus d'audace, enfin, j'espère.






Panda Panda est plus indulgent que moi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire