mercredi 8 décembre 2010

It's like a jungle sometimes

On approche de Noël, alors je fais des cadeaux, c'est-à-dire des playlists. Faut dire ce qui est, ça fait du bien d'alterner les périodes d'actualité musicale dense avec des bons vieux disques. Si les tags à droite reflètent mes goûts et mes centres d'intérêt, vous comprendrez que je suis plutôt du côté rock de la force. Mais je ne suis pas sectaire, et j'aime bien écouter tout ce qui me passe sous le nez, et je prends beaucoup de plaisir à écouter tout et n'importe quoi. Alors aujourd'hui on va bousculer un peu les habitudes en parlait de hip-hop. Comme beaucoup de gens, j'ai commencé à écouter du rap quand j'étais petit, MC Solaar en l'occurrence, et puis je suis passé au rock. Originalité et tolérance zéro, connerie adolescente maximale. Mais quand je suis retombé sur mes vieux disques, je me suis dit que je n'avais pas à me mentir, j'adorais ça. Alors je me suis replongé dans toute cette culture que je connaissais mal, et je vous en fait une petite synthèse aujourd'hui. Vous le verrez, j'ai un faible pour le rap 90's, particulièrement la East Coast, mais j'aime bien d'autres trucs, avec tous types d'instrus et de flow. Bref, purement subjectif, pas un top des meilleures chansons. Ca se passe ici:



N.W.A. - Gangsta Gangsta: On commence avec du lourd, les Niggaz Wit Attitude, direct de Los Angeles. Un son très sec avec un beat ravageur, un gimmick funky, des breaks jouissifs et un flow aussi violent que les paroles. Parmi les punchlines les plus célèbres on a: "Life ain't nothing but bitches and money" ou "Cuz I'm the type o' nigga that's built to last / If you fuck with me, I'll put a foot in ya ass". Entre Ice Cube le révolté et Eazy E le provocateur, rien que du bonheur.

Guru's Jazzmatazz - Le bien, le mal (feat. MC Solaar): Les samples jazz en hip-hop, c'est bien. Guru, quand il n'est pas avec son pote DJ Premier, il invite les musiciens pour faire l'instru, ça donne le jazz rap et c'est génial. En plus il invite MC Solaar, mon petit préféré en France, qui balance un flow et des rimes comme il n'en fait plus. Un groove irrésistible.

Wu-Tang Clan - Shame On A Nigga: Je ne suis pas particulièrement un grand fan du Wu-Tang, mais il y a des choses qu'on ne contrôle pas, et cette chanson là en fait partie. Entre les samples de soul et de films de kung fu, Ol' Dirty Bastard balance un rap purement énorme qui m'impressionne par sa technique et sa puissance à chaque fois. Vraiment indispensable.

Nas - Life's A Bitch: Oui, je ne suis pas très original, mais les classiques du rap ne le sont pas pour rien. J'aurais pu mettre n'importe quelle chanson de Illmatic, mais j'ai un faible pour celle là pour le premier couplet de AZ qui dure tout juste 40 secondes, mais en non-stop à un rythme hallucinant. Et puis l'instru a un ton un peu plus léger que les autres, ça fait du bien, surtout quand les paroles sont "Life's a bitch and then you die, that's why we get high, 'cause you never know when you're gonna go"...

Mobb Deep - Cradle to the Grave: J'évite Shook Ones pt. II parce que j'espère que tout le monde la connait, alors je met mon autre préférée, qui reste dans le même registre, c'est-à-dire sombre, se limitant à une basse et un beat simple. Instru décharnée, qui laisse Havoc et Prodigy nous compter la vie du Queens, et c'est pas joli joli. Ca vaut vraiment le coup de regarder les paroles, même si on sait que les gars fabulent un peu.

Big L - No Enz, No Skinz: Moins connu, Big L est pourtant mon préféré. Lui il a vécu des choses pas terribles dans sa "danger zone", d'ailleurs il n'y a pas survécu longtemps. Juste le temps de pondre son album essentiel Lifestylez ov da Poor & Dangerous, blindé d'un son jazz avec un saxo qui sonne comme une alarme, et un chant rappé dans l'urgence. "No Endz, No Skinz" reste la plus catchy de l'album, mais "Da Graveyard" avec un featuring de Jay-Z est bien moins facile."

Mos Def - Mathematics: On change un peu de style avec Mos Def. Je l'ai découvert récemment avec son dernier album, et ses albums précédents m'ont révélé un rappeur aux instrus inventives, à l'image de celle-ci (signée DJ Premier), qui semble ne jamais pouvoir dire tout ce qu'elle veut, à l'image du rap passionné et engagé du rappeur.

Jurassic 5 - The Influence: On passe à un registre plus léger avec Jurassic 5, qui viennent du sud eux. J'aime particulièrement pour ce gros travail sur le rythme pour le chant qui reste assez simple, rappellant les pionniers du genre. Un bon crew à la Run DMC qui donne envie de faire du play back en se marrant.

Eminem - Without Me: J'ai toujours adoré la façon de rapper de Eminem, mais j'ai rarement été capable d'écouter un album en entier. On entre dans l'ère du rap surproduit qui bouffe à tous les rateliers. Mais un flow tels que celui d'Eminem c'est précieux. Puis, rien que pour ça: "But sometimes the shit just seems / everybody only wants to discuss me / So this must mean I'm dis-gus-ting / But it's just me, I'm just obscene." 

Jay-Z - 99 Problems: Juste parce que j'adore l'instru bien rentre dedans et les paroles arrogantes comme je les aime. Je suis pas un gros fan de Jay-Z, mais il a quand même fait quelques tueries, dont celle-là, et ce serait dommage de passer à côté.

Madvillain - All Caps: Découvert très récemment encore, et franchement voilà un truc qui me redonne confiance dans le rap actuel, avec lequel j'ai un peu de mal globalement. Produit par Madlib avec MF Doom au chant, Madvillain c'est des instrus jamais entendues ailleurs, pour des morceaux très courts et franchement intéressants. Un univers assez cinématographique et des sons variés mais millimétrés, vraiment excellent.

Kanye West - Monster: J'aime bien Kanye West, mais j'ai du mal à détacher une chanson en général, j'ai toujours un problème à un moment, je tiens rarement sur la longueur. Je choisis Monster même si ce n'est pas vraiment ma préférée. Mais il y a de bons passages de raps, notamment celui de Nicki Minaj, je ne le dirais jamais assez. Et j'ai lu un article qui explique parfaitement tout le talent de production de Kanye.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire