mardi 18 janvier 2011

Anna Calvi - Anna Calvi

Qui est Anna Calvi ? Je ne sais pas. Je n'ai même pas réussi à savoir à quoi elle ressemble, étant tantôt brune décontractée, tantôt blonde erotico-glam, un peu vulgaire. En tout cas, tout le monde en parle. Les magazines anglo-saxons la présentent comme la révélation rock de ce début d'année, dans la lignée de P.J. Harvey, et même Patti Smith. L'information est relayée par les Inrocks, qui tiennent sensiblement le même discours. Le fameux Bernard Lenoir lui réserve une Black Session sur France Inter. Et son premier album est non seulement signé sur l'excellent label Domino Records (Arctic Monkeys, The Kills, Four Tet...), mais bénéficie également de la participation de Monsieur Brian Eno, s'il vous plait. Tout ça mis bout à bout, il y a quand même de quoi se dire qu'on tient quelque chose. Bon moi je m'excitais pas trop, parce que musicalement, ce n'est pas la référence aux deux rockeuses sus-citées qui va me faire frétiller de joie.

Et oui donc, musicalement c'est qui Anna Calvi ? Il ne faut pas attendre longtemps pour se rendre compte que la jeune femme adopte une posture rock bien identifiable, et un peu caricaturale. Tout l'album contient son lot de guitares, de batterie bien lourdes, mais alors vraiment bien lourdes et tout ce qui s'ensuit. Côté voix, on est un peu dans le genre Jeff Buckley, beaucoup de murmures "à fleur de peau", et des passages un peu plus énervés, sans doute pour sonner diva. Première surprise donc: le "premier grand album de l'année" est tout ce qu'il y a de plus banal. Oh c'est sûr que c'est bien fait, la demoiselle chante bien et s'en donne à cœur joie sur sa guitare, parfois même un peu trop, comme cette introduction ( "Rider to the Sea") qui démarre bien puis ne se contrôle plus, et sombre dans le cliché du rock ampoulé et démonstratif, on dirait presque du Steve Vai par moments. Pour le reste, j'me me suis surpris à penser qu'on dirait le Veckatimest de Grizzly Bear, sauf que c'est encore plus pompeux, et bien moins inventif, comme ce "No More Words" qui semble ne pas trop savoir où aller, et qui s'arrête finalement sans être allé nulle part.

Pour le côté franchement énervant, on a "Desire", avec son biniou qui ne sort d'on ne sait où, son refrain qui semble vouloir réinventer la roue et sa batterie martiale comme on en fait plus depuis longtemps, et à vrai dire c'était très bien comme ça. Le problème c'est que "Suzanne And I" veut taper encore plus fort. Au sens propre pour la batterie, mais ça marche pour le reste aussi, avec la voix forcée assez désagréable et la guitare qui, une fois de plus, s'embourbe dans un genre vaguement rock classique, toujours avec ce son surf indécrottable. Pour le pendant plus calme et émotif, "The Devil", qui repose sensiblement sur les mêmes principes que les autres chansons, sauf qu'on a une batterie très discrète, une guitare qui joue quelques petits trucs plus ou moins inspirés, et une chanteuse qui se lâche un peu plus, pour le meilleur (?) ou pour le pire. Un fin "explosive", et voilà. On peut continuer la litanie, Anna Calvi nous donne de la matière avec "Blackout" et "Love Won't Be Leaving", mais à quoi bon, on a compris.

 "Révélation" est sans doute le dernier terme que j'emploierais concernant Anna Calvi. Je ne vois rien dans cet album qui révèle quoique ce soit qui ait été caché auparavant. Au mieux on pourrait dire qu'elle utilise des procédés tellement grossiers qu'on les avait oublié. Enfin, je suis simplement déçu. Pas tellement d'Anna Calvi dont je n'attendais rien de particulier, et qui livre un album somme toute pas si mauvais, mais simplement très banal. Je suis surtout déçu qu'encore aujourd'hui, un peu de technique musicale et de grandiloquence agissent toujours comme de la poudre aux yeux, et qu'on en vienne à s'agiter autant autour d'un album qui lui-même peine à remuer le genre dans lequel il évolue.



Côté pour: La musique à papa, SWOMMB qui reste réservé; Côté contre: Des Chips et du Rosé, Blake.

1 commentaire:

  1. Merci pour le backlink. Je suis ton blog depuis quelques semaines et tu fais un super boulot ;-)

    RépondreSupprimer