vendredi 28 janvier 2011

Cold War Kids - Mine Is Yours

Après une percée fulgurante en 2006 qui en fit un temps les nouveaux espoirs de l'indie rock, Cold War Kids n'a jamais vraiment su dépasser ce statut d'outsiders. Même avec un premier album aux chansons assez bien trouvées et originales, même avec un second album plus sombre et plus brut, on n'a jamais vraiment vu en eux un groupe capable de surpasser ses influences, ou ses contemporains. Pourtant ils avaient un chanteur avec une voix bien identifiable, qui présentait plutôt bien pour aller conquérir les radios, notamment avec le (presque) tube "Hang Me Up to Dry". Alors, qu'est qu'on attendait de ce troisième album des Cold War Kids ? A vrai dire pas grand chose en ce qui me concerne, quelques bonnes chansons peut-être, mais je n'osais pas espérer un album qui viendrait les remettre dans la course.

Déjà il faut dire qu'il y a une chose qui m'empêche, et qui m'empêchera sans doute toujours d'apprécier pleinement la musique des Cold War Kids, c'est justement la voix de Nathan Willett, qui sonne bien trop radiophonique pour moi, c'est à dire faussement virtuose, mais trop lisse à mon goût. Et donc dès la première chanson éponyme je me rend à l'évidence qu'il y a des choses qui ne changeront jamais. Mais je me demande si ce n'est pas pire qu'avant tout de même. J'arrivais à percevoir une certaine chaleur dans le chant sur Robbers and Cowards, qui était bien la seule chose qui les rapprochait des White Stripes selon moi. Mais ici franchement, le chanteur est en roue libre, il s'éclate tout seul, et les instruments font de la figuration, ou du faire-valoir. Ce n'est pas forcément une mauvaise chose en soi, il y a de très bons groupes à chanteurs, mais quand on pense que le méli-mélo rageur des instruments était une des principales choses qui avait révélé le groupe il y a 5 ans, on se dit qu'il y manque désormais quelque chose pour que ça fonctionne.

Le problème, c'est que Cold War Kids déroule sa recette, avec des refrains qui devraient sans doute être accrocheurs, mais qui deviennent vite agaçants à force d'être toujours un peu les mêmes. Entre "Louder than Ever" qu'on a l'impression d'avoir déjà entendu de la part de 5 groupes différents, le Maroon 5-esque "Finally Begin" ou l'hymne de stade "Out of the Wilderness", il n'y a pas grand chose qui soit un tant soit peu convaincant. On se demande quand même comment un groupe, qui parvenait avant à faire des chansons quand même intéressantes, se vautre aujourd'hui dans des clichés qu'on ne cesse de mettre en évidence chez beaucoup d'autres. Et même si le son a été retravaillé pour coller aux modes d'aujourd'hui, c'est-à-dire plus sec et réverbéré, on a pas l'impression d'entendre de la musique "hype". Comme ce "Bulldozer", pour lequel on imagine bien le groupe dire en interview: "On appelé cette chanson comme ça parce que comme un bulldozer, elle est lente à démarrer mais à la fin elle détruit tout." On frise le ridicule là quand même.

Mine is Yours semble donc être un aveu d'échec pour les Cold War Kids. Après deux albums qui faisaient l'effort de produire une musique un peu recherchée pour se faire une place dans l'indie rock (même si le terme "indie" n'est pas un gage de qualité, loin s'en faut), le groupe baisse les bras et se laisse aller aux plus bas instincts dont un groupe de rock est capable, et perd définitivement les maigres espoirs qu'ils pouvaient porter. Entre des chansons moyennes ("Cold Toes on the Cold Floor") et des chansons franchement  anecdotiques, il n'y a plus beaucoup de potentiel chez eux. J'espère au moins pour eux qu'ils auront du succès en radio.




Même avis chez Esprits Critiques.

2 commentaires:

  1. Oui... A la première écoute j'étais assez indulgent, mais la deuxième a été celle de trop. Il faut dire que je n'avais pas énormément d'estime pour le groupe au départ.

    RépondreSupprimer