mardi 25 janvier 2011

Stranded Horse - Humbling Tides

Stranded Horse, auparavant précédé d'un Thee, c'est le projet de Yann Tambour, qui officiait autrefois sous le nom d'Encre. Hébergé par le fabuleux label bordelais Talitres de Sean Bouchard, il a su créer un son tout à fait particulier avec peu de choses. Inspiré par le climat de son Cotentin natal, il s'exprime pourtant avec un instrument assez peu répandu dans cette région, à savoir le kora. Cet instrument à cordes africain, que l'on voit sur la pochette d'ailleurs, donne un son particulier à la musique de Yann Tambour, mais elle ne sonne pourtant pas spécialement exotique. Au total il a composé une dizaine d'album, mais ce second album de (Thee) Stranded Horse montre encore que son exploration est loin d'être terminée.

Déjà, Yann Tambour a beau maitriser la kora, la découverte d'un nouvel instrument est toujours sujette à des trouvailles mélodiques et rythmiques sans cesse renouvelées. L'écoute de Humbling Tides est très touchante, tellement la musique de Yann Tambour est intimiste. Calmement, il développe ses chansons avec beaucoup de soin, et autour c'est le silence, dans lequel résonnent chacune des notes. Il suffit de fermer les yeux pour s'imaginer en tête à tête avec l'artiste, plongé dans sa musique pour vous en éclabousser de son talent. Les mélodies de "And the Shoreline It Withdrew in Anger" sont rapidement hypnotiques, et Yann Tambour joue au barde qui pourrait calmer une foule entière avec rien que sa voix, et sa kora. Le phénomène se répète dans "They've Unleashed the Hounds for the Wedding", où le son de la kora semble suivre le mouvement de la mer, nous emmenant dans une sorte de contemplation face aux grandes étendues. Tout juste sa voix sonne t-elle encore un peu trop française pour que l'on se laisse bercer tout à fait, mais le cap est vite passé.

Parfois la musique de Stranded Horse s'étoffe, sans jamais dénaturer son essence, et en soulignant toujours justement les reliefs de la chanson. "Shields" se nourrit ainsi d'une partie de violon pour renforcer la puissance d'un refrain qui appelait à ce genre d'intervention. "Les axes déréglés", une des deux chansons en français de Humbling Tides, bénéficient elle de l'apport d'un violoncelle, qui comme souvent avec les violoncelles, magnifie l'atmosphère de la chanson, et qui apporte la touche de mélancolie nécéssaire à cette chanson qui ressort parmi ses voisines anglophones. De manière très habile, Yann Tambour n'en fait jamais trop. Chaque chanson renferme son univers particulier, en distinguant bien des autres, même si la marge de manoeuvre peut paraitre étroite. "Jolting Moon" exploite à fond le côté hypnotique et incantatoire de la musique de Stranded Horse, et "Halos" conclut l'album en prenant son temps, de toute façon on est déjà conquis. Surtout que Yann Tambour a repris "What Difference Does it Makes" des Smiths, en parvenant même à adapter sa voix au registre pour faire honneur à Morissey, et même plus que ça.

Quel bel album que ce Humbling Tides, qui prend le soin nécessaire pour nous montrer que rien n'est plus beau que de s'arrêter de courir un instant pour regarder autour de soi. Influencé autant par la Normandie, que l'Afrique ou l'Angleterre, Yann Tambour signe un petit bijou de musique acoustique d'une simplicité touchante et d'une beauté pure. Il n'est pas facile a début de savoir prendre le rythme de Stranded Horse, mais rapidement emporté par le courant on finit par prendre le large, et on en redemande jusqu'à plus soif.







Tout le monde est conquis, à lire Playlist Society, Hop Blog, ou Swommb.

1 commentaire:

  1. merci pour le lien... et content que toi aussi tu aies apprécié un disque aussi fort que celui-ci!!!

    RépondreSupprimer