mercredi 12 janvier 2011

Wire - Red Barked Tree



L'explosion du punk au milieu des 70's a fait naître toute une série de groupes qui ont acquis un statut de génies underground. Bien sûr il en existait avant, mais je me suis déjà fait la remarque que la plupart de ces groupes étaient reliés au mouvement punk, et avaient souvent comme dénominateur commun d'être adorés par des critiques rock toujours prompts à se démarquer en vénérant tel groupe underground précurseur. Tel est donc l'image que j'avais de Wire quand j'ai appris qu'ils ressortaient un album. Il y a quelques temps, j'ai voulu me confronter à tous ces obscurs disques cultes, et je me suis lancé dans l'écoute du célèbre Pink Flag. Et je dois avouer que je n'ai pas tellement été saisi par le génie de l'album, même si je n'en dénie pas la qualité. En fait c'est plutôt l'autre album culte de 1977 qui m'a embarqué, le Marquee Moon de Television. C'est donc avec un a priori bien différent de beaucoup d'autres que j'ai écouté ce Red Barked Tree.

Pour autant j'étais plutôt enthousiaste à l'idée d'écouter cet album, au vu de la bonne surprise de Swans l'an dernier qui était parvenu à livrer un excellent album, bien des années après son heure de gloire. Ça fait toujours quelque chose d'entendre un son nouveau de la part d'un groupe déjà entré dans la légende. Le début de l'album m'a donc pris par surprise, "Please Take" étant une introduction toute en simplicité, bien loin de l'entrée fracassante qu'on aurait pu attendre de la part d'un tel groupe. Et passé l'effet de surprise, c'est un sentiment plutôt agréable qui prend le dessus, le plaisir d'entendre une excellente chanson pop, certes pas révolutionnaire, mais d'une simplicité désarmante. A partir de là, j'ai un peu fait table rase de tout ce que je pouvais penser sur le groupe, comprenant bien qu'il n'y avait pas de comparaisons à faire avec les albums de la fin des 70's. 

La suite est plus ou moins du même acabit, avec son lot de chansons au rythme allant, qu'on a pas le temps de voir passer tellement elles semblent éphémères, et à la fois intemporelles. Qu'elles prennent l'allure de ballades classiques ("Adapt"), de simples morceaux rock aux basses hypnotiques ("Clay"), ou de chansons déjà un peu plus violentes ("Smash"). D'un autre côté, Wire a tout de même quelques relents de l'ambiance qui l'a vu naître, et Red Barked Tree contient également ce qu'il faut de rage éclatante exprimée dans des chansons qui semblent avoir déjà vécu quelques décennies. "Two Minutes" n'est au fond qu'un même riff répété à plus soif, soutenant le chant parlé bien anglais de Colin Newman, pour une chanson post-punk qui fait penser à The Fall, un autre groupe de cette période qui continue à sévir de nos jours. En un peu plus rentre-dedans, "Moreover" et son rythme martial frappent fort et montrent toute la qualité du groupe, entre rage faussement incontrôlable, et maitrise musicale certaine.

Cet aspect se révèle surtout au travers d'un dernier groupe de chansons, un peu plus difficile à définir au premier abord, si ce n'est qu'elle expriment toute l'expérience et le savoir-faire de ce groupe de jeunes qui commencent à se faire vieux. "Now Was" est excellente à ce titre, avec son intro extrêmement accrocheuse qui aboutit sur une chanson impressionnante, qui ne s'essouffle jamais. "A Flat Ten" est surprenante, sans cesse en équilibre entre un côté pop entrainant, et un son post-punk un peu plus virulent. Au final on ne voit qu'une des meilleures chansons de cet album décidément peu avare en surprise. Enfin, la conclusion de ce Red Barked Tree est particulièrement intéressante, car le dyptique "Down to This"/"Red Barked Trees" semble issu d'un même mouvement, mûrement travaillé, et qui en ressort un peu plus "aérien", avec ce rythme ralenti et cette guitare acoustique. Obsédant et déroutant, cette fin est donc d'autant plus frappante.

Bien loin de l'image que j'en avais, Wire sort pour ses 35 ans d'activité un album impressionnant de maitrise technique et musicale. Difficile à apprivoiser, Red Barked Tree est pourtant un excellent album qui mérite d'être écouté de nombreuses fois pour en saisir toute la profondeur, même si quelques morceaux frappent immédiatement par leur qualité. Au final je suis presque partagé entre un sentiment sincèrement positif et un pensée plus circonspecte vis-à-vis de Wire dans lequel je ne vois toujours pas le groupe génial qu'on a pu me vendre. Ne soyons pas cynique en ce début d'année, je penche du côté du coeur.








A lire également chez Playlist Society, Esprits Critiques, Pop Revue Express et Branche ton Sonotone, plus renseignés que moi sur le sujet.

2 commentaires:

  1. Je n'étais même pas au courant qu'ils sortaient un nouvel album alors que Pink Flag a été un choc pour moi quand je l'ai découvert.
    Tous ces avis positifs me donnent envie d'y jeter une oreille tiens!

    RépondreSupprimer
  2. tu peux même rajouter la mienne si tu veux http://poprevuexpress.blogspot.com/2011/01/wire-red-barked-tree.html

    RépondreSupprimer