vendredi 11 février 2011

Akron/Family - Akron/Family II: The Cosmic Birth and Journey of Shinju TNT



Akron/Family, c'est pour moi le genre de groupes qui tracent leur chemin sans provoquer beaucoup de remous, ce qui est synonyme d'une discographie homogène et régulière, puisque personne ne les porte au firmament, pas plus qu'on ne les descend. Je ne les ai jamais écouté, sans doute à cause de cette relative discrétion. J'ai donc une fois de plus saisi l'occasion de la parution d'un nouvel album pour refaire mon retard. Et force est de constater qu'Akron/Family, sans faire de remous, est un excellent groupe qui s'amuse à expérimenter plein de choses autour d'une base folk et rock. Et que ça vaut le coup de s'y intéresser. J'ai eu un peu peur en voyant le titre de cet album, qui est aussi nul que celui du précédent était cool (Set 'Em Wild, Set 'Em Free) . Peur d'un gros bordel kitsch prétendument cool parce que c'est second degré.

En fait non, rien à voir, je suppose que les membres du groupes n'avaient juste pas d'idées pour le titre. Par contre, ils n'ont pas été à court d'idées en ce qui concerne la musique. Pas de révolution bien sûr, mais comme toujours des chansons qui surprennent par leur inventivité remarquable, tout en restant de simples chansons folk rock qu'on écoute sans se poser de questions. J'ai quand même été un peu étonné par "Silly Bears", morceau d'ouverture très bruyant, en tout cas beaucoup plus que ce à quoi on pouvait s'attendre. Il n'en reste pas moins excellent pour se mettre dans le bain, avec un entrain qui viendrait à bout de n'importe quoi. Le groupe distille quelques moments comme celui-ci, qui viennent toujours à point nommé et relancent l'énergie de l'album, et c'est toujours un plus. "So It Goes" commence comme un vieux morceau des Black Keys (qui eux sont vraiment d'Akron), et enchaîne sur un "Another Sky" filant à toute allure sans pour autant oublier d'être particulièrement enthousiasmant.

Et c'est vraiment ça qu'on aime chez le groupe de Portland, cette alternance toujours bien dosée entre déchainement de bruits et calme paisible, parsemées de passages psychédéliques et/ou expérimentaux.
Le groupe maîtrise son sujet et ça se sent. On accroche directement, et on les suit jusqu'au bout. Même avec ce "A AAA O WAY" très étrange qui devient pourtant très beau vers la fin. Même avec "Fuji I" et "Fuji II", l'un démarrant en cacophonie rock pour finir en bruitages aquatiques et l'autre suivant le chemin inverse, d'une longue plage bruitiste à un moment de folk épuré. Et il y en a d'autres de ces moments où on sent que le groupe s'amuse et qu'on s'amuse avec lui. Les expériences ne sont pas prétentieuses, elles ne donnent pas le sentiment d'être là pour faire fuir l'auditeur. Non, elles s'intègrent parfaitement à l'ambiance générale, toujours sur la brèche.

Et puis je dois quand même accorder à Akron/Family le crédit d'être un des rares groupes qui arrive à me faire écouter de la steel-guitar, ce qui a plutôt tendance à m'exaspérer en général. Mais quand on écoute un groupe qui dégage une telle bonne humeur, et qui reste bien loin des clichés, ça ne pose aucun problème. Que ce soit pour le magnifique "Islands" ou pour "Creator" qui parviennent tout les deux à créer l'ambiance propice à ce genre d'instruments, sans que ça soit trop convenu. Et toutes les incursions d'instruments un peu "marginaux", qui ont également tendance à me faire rigoler en général, c'est pareil. J'ai été particulièrement convaincu par "Light Emerges", sans doute le morceau le plus riche de l'album, qui part un peu dans les sens, avec glockenspiel au début, refrain explosif et triturages de claviers au milieu. Le genre de morceaux que vous pouvez écouter vingt fois et qui continue à vous surprendre.

Non, vraiment, Akron/Family c'est le genre de groupes auquel on ne peut rien reprocher. Ils compensent facilement leur non-innovation musicale par une maitrise de leur musique remarquable et un renouvellement constant de leurs démarches. Ca explique sans doute pourquoi les seules personnes qui en parlent en disent du bien. Soit on les aime et on le fait savoir, soit on n'accroche pas, mais on n'a pas le coeur à les enfoncer. En ce qui me concerne, je les suis à fond, et je continue de me plonger dans leur discographie, dont ce nouvel album prouve encore la régulière qualité.




 A lire également sur Le Golb. En écoute sur Spotify.
 

1 commentaire: