dimanche 20 mars 2011

Drums not dead

Ca faisait longtemps que j'avais pas fait de playlist, alors je fouille dans mes tiroirs pour vous en dénicher une que j'aime bien. Pour chaque instrument j'ai un musicien préféré, mais il y en a certains où c'est plus compliqué. Pour la batterie, ça varie d'un morceau à l'autre, même si évidemment il y a des batteurs qui me fascinent systématiquement. Le batteur c'est toujours le mec le plus fun à regarder en concert, et d'ailleurs une bonne partie des morceaux que j'ai choisi sont ceux de batteurs que j'ai vu en concert. La batterie va imprimer un rythme qui vous reste gravé dans la tête pendant longtemps, elle va concrétiser une tension ou une explosion par un break ou un changement de rythme. Bref, la batterie c'est le pied, et voici donc dix morceaux menés tambour battant par des batteurs qui n'ont pas peur d'abimer leur baguettes.


Requiem pour un con - Serge Gainsbourg: Un grand classique pour commencer, avec ce rythme de batterie cultissime qui habille le non moins célèbre Requiem pour un con de Gainsbourg. Pas grand chose à dire de plus, si ce n'est que Gainsbourg démontre une fois de plus qu'il est particulièrement doué pour produire des chansons qui marquent la mémoire collective avec peu de choses.

Cassius - Foals: Ceux-là je les ai vu en concert, et j'ai été scotché du début à la fin par leur batteur. J'aurais d'ailleurs pu mettre "Hummer" ou "Red Socks Pugie" à la place, de toute façon Foals c'est toujours du lourd en matière de batterie, en empruntant jusque ce qu'il faut au math-rock pour être à la fois virtuose et rapidement attachant.

Wax Simulacra - The Mars Volta: Dans ce groupe il n'y a que des instrumentistes ultra-doués, et c'est donc sans surprises que l'on découvre un batteur vraiment monstrueux. A la fois démonstratif et capable de subtilités impressionnantes, on ne voit pas grand chose qui pourrait résister à un mec pareil.

First Communion - Gang Gang Dance: Bon ici c'est moins frappant, mais pourtant Gang Gang Dance a bien sa place dans cette playlist. Avec pas moins d'un batteur, d'une boîte à rythme et de deux congas, en concert c'est lobotomie assurée. Sans doute la musique la plus percussive que j'ai entendue.

If You Were There, Beware - Arctic Monkeys: Le batteur des Arctic Monkeys Matt Helders est de loin le plus cool du groupe. On a toujours l'impression qu'il vient d'arriver, et en concert c'est le plus sympathique. Et puis tant qu'à faire, c'est un excellent batteur, qui arrive toujours à trouver le truc qui va relever tout un morceau, et qui contribue indéniablement à placer les Arctic Monkeys au-dessus de leurs congénères.

Leyendecker - Battles: Encore un groupe dont n'importe quel morceau est une démonstration de force. J'ai choisi celui-ci pour son rythme simple et particulièrement efficace, mais il y a bien plus impressionnant dans ce fabuleux album qu'est Mirrored. Avec une précision extrême, la batterie varie constamment en gardant toujours le même groove. Un must dans le genre.

Piggy - Nine Inch Nails: Un des seuls morceaux où Trent Reznor s'est occupé de la batterie avec une vraie batterie acoustique je crois. Et on peut dire qu'il se débrouille plutôt bien, surtout vers la fin où il fracasse complètement les fûts, comme pour appuyer son "Nothing can stop me now" et finir le morceau complètement débridé.

Take Off and Land - Manu Katché: Je m'étais un peu fait chier au concert de Manu Katché, mais il faut avouer que ce gars là est une vraie bête avec sa batterie. On a vraiment l'impression qu'il a trois fois plus de bras que nous pour arriver à sortir autant de sons sur une simple batterie (bien fournie quand même). Vraiment très impressionnant.

Pattern Skies - The Greenhornes: Je suis vraiment fan du travail de Patrick Keeler avec les Raconteurs, et ici je choisis un morceau de son groupe d'origine dans lequel il est bien mis en avant, même si son jeu est un peu moins technique, et plus garage. Toujours est-il qu'il fait revivre les plus grands batteurs rock des années 60 et 70 avec un jeu simple mais pas simpliste.

Song for the Dead - Queens of the Stone Age: On termine avec un des batteurs les plus brutaux encore en activité, à savoir Dave Grohl. Et cette chanson est sans celle qui met le plus en avant ses qualités, en dégageant une puissance incomparable. Et en règle générale, les QOTSA ont développé des parties de batterie vraiment particulières, qui cachent des subtilités rythmiques très efficaces derrière une simplicité apparente.

Et pour finir, un morceau culte et pourtant peu connu, "Amen, Brother" du groupe The Winstons. Avec un break que vous connaissez forcément à 1:26, sur lequel s'est appuyé une bonne partie du hip-hop, jungle, breakbeat, et musique de samples en général. Plus d'infos ici.

2 commentaires:

  1. Et les Walkmen dans l'histoire ? :p

    RépondreSupprimer
  2. Mon dieu tu as raison ! J'aurais dû rajouter "Little House of Savages" des Walkmen. Et puis "Jody" des Dodos aussi.

    RépondreSupprimer