lundi 21 mars 2011

The Strokes - Angles

-Salut mec, ça va ?

-Ca va. Tu reviens du studio ?

-Ouais, j'ai tapé la causette avec un ingé-son, mais j'me faisais chier alors...

-Ouais la même. T'as vu le mot de Julian ?

-Non, où ça ?

-Sur la porte. En gros il explique ce qu'il veut pour l'album. Apparemment il pourra pas beaucoup être là pendant l'enregistrement. Et sinon bah... j'sais plus trop. En gros faut pas qu'on s'emmerde, on fait ce qu'on sait faire. De toute façon on a pas trop le choix, si on se voit jamais j'vois pas bien comment on pourrait innover. Et puis... je crois que c'était tout.

-Ouais enfin il est gentil mais moi j'aimerais bien changer un peu.

-Oh tu sais tu peux bien faire ce que tu veux, j'pense pas Julian viendra repasser derrière nous... 

[...]

-Salut mec, ça va ?

-Ca va. Tu reviens du studio ?

-Ouais. T'sais j'ai fait comme tu m'as dit, j'me suis pas pris la tête pour mes parties guitares. Et puis Julian il me fait rigoler avec son « Faites ce que vous savez faire »... T'as entendu ce qu'il a bricolé sur « You're So Right » ? Il a dû réécouter Kid A c'est pas possible. Du coup j'ai claqué un petit solo pour compenser sinon ça faisait un peu trop tarlouze.

-Ca va pas faire tache tu crois ?

-Non j'pense pas, et puis j'ai eu Julian au téléphone, il était genre « Vous êtes des guitar-hero maintenant les mecs, lâchez vous sur la guitare hein ».

-Bon ça va alors. Dis, t'as trouvé quelques bons riffs ? J'rame un peu moi... Julian a dit qu'il en fallait quelques uns quand même, genre « Juicebox » ou « Reptilia ».

-Bah j'avais celui de « Metabolism» qui me plaisait bien, mais Julian l'a fait doubler au synthé, sur la fin on dirait du Muse. Du coup j'ai claqué un petit solo pour compenser.

-Ouais. Sinon j'avais trouvé un truc qui déchire pour « Machu Picchu », mais on m'a dit de le garder pour le refrain. Le problème c'est que j'avais pas d'idées pour le reste !

-Ah oui l'ingé-son m'en a parlé. J'ai réglé le problème, j'ai fait un petit truc vite fait sur l'intro histoire de meubler. De toute façon avec le putain de refrain que t'as trouvé ça compensera. 

-Bon bon, c'est bien ça, on avance. Ah au fait t'as touché un mot à Fabrizio ?

-Ouais je l'ai eu au tel, il veut rien entendre. Y'a rien à faire on va garder ce son dégueulasse de batterie new-wave sur « Games » et « Two Kinds of Happiness ». J'lui ai dit à Fabrizio « Si tu veux faire un morceau avec un son comme ça fais le, mais viens pas pourrir cette chanson là quoi », j'avais réussi à trouver un truc genre « Heart in a Cage » tu vois... Du coup on a abouti à un compromis, ça sonne pas toujours très bien mais bon. Et faut aussi que je dise à Julian d'arrêter de coller du synthé partout. J'me suis pas cassé le cul à trouver un son qui imite le synthé avec ma guitare pour qu'on se mette au synthé maintenant. 

-Ouais mais bon t'sais comment il est... Et puis on le voit jamais t'façon. T'sais qu'il a gueulé pour « Call me Back » ? J'étais content de ce que j'avais trouvé et lui ça lui plaisait pas du tout, du coup il a chanté comme un débile dessus, il veut pas réenregistrer, la chanson fait un peu mal finie maintenant... Il m'énerve ! Et il a dit qu'il fallait qu'on trouve un truc à dire aux journaleux sur l'album. Qu'est ce que j'en sais moi ? J'ai même pas écouté les chansons en entier j'connais que mes parties !

-Avec Nicolai on était parti sur « back to basics »...

-Ouais ? Classique quoi... Remarque ça peut passer.

-Bah ouais on se disait: 4e album, 10 ans de carrière, 5 ans d'absence... C'est ce que les gens veulent, un retour aux sources. 

-Ouais t'as raison. Mais du coup ça pose pas un problème avec le fait que les chansons ont rien à voir avec Is this It

-Ouais c'est vrai... On a qu'à faire un single bien catchy pour convaincre. Genre tu vois une intro en batterie syncopée, un riff à deux guitares, un rythme un peu sautillant et tout ça.

-Et tu fais un solo comme dans le temps.

-Ouais voilà. Donc si on résume, ça nous fait cette chanson et « Gratisfaction » pour le « back to basics », le reste c'est plus ou moins comme ce qu'on faisait sur First Impressions of Earth.

-Ouais j'pense que c'est bon. De toute façon après 5 ans d'absence ça peut que plaire au gens d'entendre de nouvelles chansons. Même moi ça m'a fait plaisir d'enregistrer ça, y'a des chansons qui rendent bien genre « Taken for a Fool »... Et sinon j'sais pas si t'as vu le post-it de Julian sur la porte, il dit qu'il a pas d'idées pour le titre et la pochette et qu'il faut qu'on se démerde.

-Ptain j'ai jamais été inspiré pour ça moi... Et puis j'ai du mal à voir ce qui pourrait donner une cohérence à toutes ces chansons... Tu penses que c'est important ?

-Bah... Après 5 ans d'absence j'pense que tout le monde s'en foutra de la gueule de l'album. Nous on a fait notre boulot: des bonnes parties de guitares, des chansons qui balancent, Julian il a fait ce qu'il a pu pour avoir l'air motivé en chantant, il a rajouté des conneries pour avoir l'air de vouloir innover et puis basta. J'ai pas envie de faire des heures supp', on verra bien ce qu'on trouvera pour la pochette.

-Ouais. Bon bah, maintenant qu'on a fait notre retour on a plus qu'à bosser sur un nouvel album hein ! J'ai hâte de m'y mettre, j'ai plein d'idées !

(Qui aime bien, châtie bien !)

A lire également sur SWOMMB, qui va dans mon sens en étant plus explicite, Playlist Society qui s'est bien amusé comme moi, et sur Branche ton sonotone, pour l'avis (toujours intéressant) d'un fan. En écoute sur Spotify.




Avant toute chose, je sais que l'enregistrement de l'album s'est pas déroulé (exactement) comme ça donc pas la peine de crier à la désinformation. Mais à l'écoute de l'album c'est ce que je me suis imaginé. Bien que ce disque ne soit pas tout à fait mauvais, il a éveillé trop peu d'intérêt chez moi pour que je me lance dans une chronique qui ne fera qu'entrer en résonance avec une dizaine d'autres ailleurs.

3 commentaires:

  1. Génial!
    Bien ri!
    Comme il est impossible de se démultiplier, le commentaire que j'ai déjà mis ailleurs, mais qui est conséquent aussi par rapport à ton texte :

    Merci de cette très jolie critique.
    Elle me confirme dans une décision prise le 27 février 2002…

    Fin septembre 2001, ils avaient sorti ce qui, à mes yeux, continue à être un des brûlots de la décennie Is This It. Tenu en alerte, j’avais acheté des places pour le concert archi sold-out de Bruxelles, à l’Ancienne Belgique, le 26 février 2002.

    A son issue, j’étais rentré marri avec les amis : « On n’a vraiment pas de chance d’être tombé sur le jour ‘sans’ de la tournée. Ils n’avaient aucune envie. Ils ont fait comme s’il n’y avait pas de public. Ils ont joué tous les morceaux de l’album sans digresser. Et pas de rappel. Le néant. Pas de chance! »

    Le 27 février, j’ai tourné sur Internet. Pour me rendre compte qu’ils avaient fait exactement la même chose à Paris, Melbourne, Austin, Montréal, Cologne. Je ne sais plus si c’étaient ces villes-là, mais ça avait été ainsi, partout la même chose.

    Ce jour-là, j’ai décidé qu’ils ne me la feraient pas deux fois et de ne plus jamais les écouter. J’ai tenu parole. Je vois que je fais bien et que je vais continuer. D’autant que lorsque j’ai croisé le Casablancas en Festival l’année passée, il ne m’a vraiment donné aucun envie de me renier!

    Ce groupe était mort dès le lendemain de sa naissance…


    :-)

    RépondreSupprimer
  2. Salut mec. Sympa ta chronique, me suis bien marré... :-)

    Et ton com' m'a fait marrer Marsu, parce que j'avais été les voir aussi lors de leur tournée du premier album lors de leur passage à Paris, à la Mutualité. C'était bof et ça avait duré 30min, comme leur disque. Rien d'intéressant sur scène. Depuis j'ai pas trop ré écouté non plus...

    RépondreSupprimer
  3. Très drôle, et finalement assez fin comme analyse du disque.
    Je pense que ça doit se passer comme ça, plus souvent qu'on ne le pense...
    (j'ai chroniqué le disque aussi de façon plus "classique")

    RépondreSupprimer