mardi 15 mars 2011

Thurston Moore / J Mascis

Y'a deux types de mecs à poil: ceux qui se dépêchent de s'habiller, et ceux qui au contraire aiment bien se montrer. Mais parmi ces deux mecs, lesquels s'assument et lesquels se cachent ? La réponse n'est pas aussi évidente qu'il y paraît. En musique il n'y a qu'une façon de se mettre à poil: faire un album acoustique. On en a vu des albums acoustiques, des reprises acoustiques, des MTV Unplugged, et c'est pas toujours une réussite. Parce que même si certains ont pu démontrer que l'acoustique n'était pas forcément synonyme de délicatesse, la plupart du temps les musiciens se mettent à nu dans les deux sens du terme, en dépouillant leur musique, et en devenant d'un coup plus mélancolique. Cette année c'est deux pionniers du rock alternatifs qui tentent l'expérience: J Mascis de Dinosaur Jr, et Thurston Moore de Sonic Youth. Le premier est plutôt en forme après le succès des deux derniers albums de son groupe dans sa formation originale (avec Lou Barlow et Murph). Farm il y a deux ans montrait un groupe qui n'avait pas perdu de son mordant, et un J Mascis qui restait très talentueux, même s'il en faisait parfois beaucoup. Du côté de Sonic Youth, c'est la routine, condamné à rester le groupe le plus cool du monde malgré un virage un peu pop avec The Eternal.

Thurston Moore est du genre agressif. Du genre des mecs qui se mettent à poil et qui se montrent comme pour te défier de te foutre de sa gueule. Un peu interloqué, tu hausses les sourcils et vaque à tes occupations, en te demandant quel genre de problèmes peut avoir un mec comme ça pour être si étrange. Solo Acoustic Volume Five est un acte d'indépendance: Thurston Moore a décidé de jouer tout son album sur une guitare désaccordée, et si ça vous plait pas c'est pareil. On connait bien le penchant des New-Yorkais pour l'expérimentation, et on l'apprécie même parfois. Mais l'expérimentation tout seul sur une guitare acoustique c'est pas vraiment la même chose. 

Ici, pas de larsen hurlants, juste un jeu qui semble totalement improvisé, avec son lot de dissonances et de cordes mal attaquées. A première vue on croirait entendre le jeu approximatif d'un débutant, mais Thurston Moore fait preuve d'une certaine virtuosité qui nous confirme que non, c'est bel et bien un guitariste qui a décidé de nous casser les oreilles pendant une demi-heure. Oui, parce qu'on va pas tourner autour du pot longtemps: c'est expérimental certes, mais écouter un gars s'acharner sur une guitare désaccordée ça pourrait faire parler un prisonnier de Guantanamo. Thurston Moore joue au mec un peu lourd qui se fout à poil en soirée, et qu'on finit par éviter.

De l'autre côté on a J Mascis, qui est plus du genre timide. Certes sa démarche est beaucoup moins originale que celle de son collègue, on pourrait même dire qu'elle est consensuelle, mais il nous gratifie de quelques bonnes chansons folk, la guitare acoustique n'atténuant pas les subtilités de son jeu de guitariste. « Several Shades of Why » n'a rien à envier aux chanteurs folk «professionnels », même si on pourra regretter que J Mascis ait cru bon de devoir coller des arrangements de cordes sur son morceau.

Vous l'aurez deviné, le guitariste de Dinosaur Jr est du genre à vouloir se rhabiller assez vite. Non pas qu'il renie son projet d'album acoustique, mais il ne résiste pas à la tentation d'empoigner sa guitare électrique pour quelques solos qui ne sont pas du meilleur effet (« It is Done »). Déjà que J Mascis prend le parti d'enregistrer des chansons acoustique qui pour la plupart sont très mélancoliques, si en plus il rajoute des solos de guitare aux deux-tiers du morceau ça en fait un peu trop. Et là, comme emporté par l'émotion, il nous sort tout l'attirail avec steel-guitar et compagnie sur « Make It Right ». On ne peut que déplorer ces arrangements quand on a entendu des passages très prometteurs du début de l'album. La timidité de J Mascis est charmante au début, mais un peu ennuyeuse à la longue, et c'est dommage car Several Shades of Why est un album qui ne manque pas de qualités.

Deux mecs à poil, l'un se montre, l'autre se cache. Lequel s'assume ? J'aurais tendance à penser que l'attitude outrageusement provocatrice de Thurston Moore cache une certaine pudeur, comme s'il n'assumait pas vraiment son côté acoustique, et qu'il préférait offrir quelque chose de complètement déroutant plutôt que de prendre le risque d'être jugé. Au final c'est peut-être J Mascis qui est le plus courageux, avec un album intimiste où il n'a pas peur de rentrer dans certains clichés du genre. Certes cela n'est pas toujours pour le meilleur, mais au moins il offre plus de choses à grignoter que son collègue. Au final ni l'un ni l'autre ne sont des albums marquants, à croire que l'acoustique est un art plus hermétique qu'on voudrait le penser. Vous pouvez vous rhabiller maintenant.

Thurston Moore - Solo Acoustic Volume Five






A lire également sur Brainfeeders & Mindfuckers, pour nuancer.

J Mascis - Several Shades of Why






A lire également sur Playlist Society

4 commentaires:

  1. Je pense que Thurston en a absolument rien à secouer et a juste fait un truc de plus. Y a pas de volonté pure de provoquer ou de se cacher. Juste jouer de la guitare. C'est comme faire du bruit, je pense.
    Moi j'aime vachement bien, j'y entend du Sonic Youth sans Sonic Youth.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai quand même du mal à croire qu'il n'y ait aucune provocation dans l'idée de faire un album comme ça. De toute manière je trouve que l'idée de faire un album de bruit sied très mal à l'acoustique... Mais je comprends que ça te plaise :)

    RépondreSupprimer
  3. Alors en fait je ne suis d'accord ni pour l'un et encore moins pour l'autre :)

    Thurston Moore n'est pas un musicien du calcul mais un type qui joue à l'instinct en fonction de ses envies : toute sa carrière solo le prouve et Solo Acoustic Volume Five: 2 est loin d'être le premier album solo qu'il lance à la gueule du monde effaré :) Bref j'en dis comme Nathan :)

    Pour J Mascis, je suis encore moins d'accord^^. Il n'y a rien de consensuel ici, que ce soit des textes à la qualité du songwriting. C'est quand même faire peu cas du talent de J Mascis que de dire qu'il aurait quelque chose à prouver en tant que chanteur folk «professionnel » ; ça fait bien longtemps je crois que la question n'est plus là. Enfin comme tu l'auras compris, je vois dans cet album un grand disque, beau, intime, constant et sans aucune fausse note (y compris le recours aux cordes). Enfin on en reparlera jeudi sur PS :)

    RépondreSupprimer
  4. Oui je ne doute pas que Thurston Moore joue à l'instinct, et je ne cherche pas à en faire un musicien de calcul; c'est simplement l'interprétation que je fais d'un album en grande partie inaudible. J'avoue ne pas avoir écouté ses autres albums solos, j'ai pris celui comme n'importe quel autre en fait. Mais je ne pense pas m'y attarder après cette déconvenue...

    Pour J Mascis, il faut dire que le gars est tellement emblématique d'un genre entre rock alternatif fin 80's et grunge, qu'on a de quoi regarder avec curiosité son album folk. On considère son talent surtout dans cette sphère, d'où ma curiosité à le voir s'essayer à la folk. Sinon globalement je le trouve vraiment quelconque cet album. Parfois touchant, mais rien qui ne paraisse particulièrement original/excellent.

    RépondreSupprimer