vendredi 26 novembre 2010

Daft Punk - Tron Legacy Soundtrack

Daft Punk qui compose la bande originale du nouveau Tron, c'était presque une évidence. Les deux hommes à tête de robot sont juste ce qu'il faut de kitsch futuriste pour coller à ce film dont on se demande pourquoi on en a fait une suite tellement l'original me laisse déjà perplexe. Bref, mon petit faible pour les Daft Punk- la musique de mon enfance, et Discovery mon premier disque acheté- m'ont fait craquer pour voir ce qu'avaient à nous proposer le duo en ce moment. Bien sûr, je ne vais pas refaire toute ma litanie sur les bandes originales de film, il est certain qu'on ne tient pas là le successeur de Human After All, mais bon, les nouvelles de Daft Punk se font si rares...D'un autre côté, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem Christo semblent satisfait de leur travail car il prépareraient une tournée, enfin c'est ce qui se dit.

Première chose confirmée: en effet, on ne tient pas du tout quelque chose qui ressemblerait à un nouvel album des Daft Punk. Résonnez cuivres, vibrez cordes, voici une bonne grosse musique de film comme on les aime (ou pas). Dans le rôle de l'instrument qui prépare le suspense, voici les cordes! Dans le rôle de l'instrument qui fait "Tadaa", les cuivres! Et les grosses caisses et cymbales reprennent leur rôle bien connu de l'effet "Mais que va t-il se passer ?" façon Qui veut gagner des millions. Bon je suis un peu méchant, mais faut avouez que les Daft Punk ne font pas preuve d'une grande originalité quand ils touchent à l'orchestral. Le thème du film assez classique, et repris régulièrement, on sent qu'il y a la volonté de construire une bande originale cohérente, et donc un certaine ambition dans le travail du duo français. Le plus désolant dans l'affaire, c'est que même les morceaux électroniques un peu plus intéressants (plus maitrisés déjà, disons) reposent eux aussi sur des ficelles grosses comme des cordes d'amarrage ("The Game Has Changed"). On est rapidement ennuyé par ces procédés répétitifs, et assez peinés pour les pauvres Daft Punk qui ont sans doute voulu bien faire.

Ils arrivent tout de même à placer des passages qui leur ressemblent un peu plus, et qui font plaisir au vu du reste, même s'ils sont loin de ce qu'on a pu leur connaitre. "End of Line" est un peu mou, et "Derezzed" reprend de manière assez grossière ce qui a fait le succès du duo auparavant, même si on est quand même plutôt content d'entendre un morceau avec un peu de pêche et d'entrain, qui dégonfle un peu la grandiloquence du reste. Le pire, c'est qu'en général je dis que si ça ne convainc pas en tant que tel, ça accompagnera sans doute très bien les images du film. Là bien sûr, j'ai une telle indifférence pour le film que je me dis que ça sera sans doute pas mal dessus, mais franchement ça ne me donne pas envie d'aller le voir. Je pourrais presque entrevoir le scénario du film rien qu'en écoutant la musique. Genre "The Son of Flynn" dans un registre un peu suspense, genre quelque chose est en train d'émerger, et puis "Flynn Lives" qui grossit lentement pour reprendre le thème et faire péter les feux d'artifice ensuite, gros happy end. Et le générique de fin qui fait une grosse rupture, pour réveiller les gens du spectacle de ouf malade qu'ils viennent de voir. Et c'est peut-être le pire morceau, ce mélange de son Daft Punk avec ce thème qui finit par devenir violemment insupportable. Au moins avant c'était pas mis ensemble.

Je crois que je suis en train de passer à l'âge adulte. Etant petit, Disney c'était la sortie de l'année, et j'ai eu Le Roi lion et tout ça, j'étais content. Puis Disney c'est devenu un peu la nostalgie, ça gardait un côté mélancolique. Maintenant, avec mon regard blasé et ma naïveté perdue, Disney est devenu l'industrie qui pervertit tout, la boîte de production qui exerce une main-mise tellement forte sur son projet qu'elle amène n'importe qui à pondre des grosses bouses. Tim Burton avec son Alice aux Pays des Merveilles, et maintenant Daft Punk. Bien sûr qu'ils ont leur part de responsabilité dans ce que je qualifierais gentiment d'échec, mais je ne peux m'empêcher de penser que cette collaboration est quand même loin d'être fructueuse.



Même son de cloches chez Chroniques électroniques.

Sinon, Tron pour moi c'est un peu ça (même si sans Mos Def c'est un peu moins cool):




2 commentaires:

  1. Merci pour cette intéressante critique.
    Par contre désolé mais j'ai vraiment du mal à lire les textes justifiés sur le web.
    Rinzler me rappelle un morceau mais je n'arrive pas à regrouper les différents samples. intro terminator + guimbarde + je ne sais quel morceau au synthétiseur. Un air de déjà entendu mais, mais bonne montée.

    RépondreSupprimer
  2. Sympathique chronique, même si j'estime qu'il est préférable pour une bande originale de voir le film.

    RépondreSupprimer