samedi 25 décembre 2010

L'inattendu flop des albums 2010

Quand Julien avait évoqué l'idée de revaloriser la critique négative en faisant des flops de l'année sur Des Chibres et des Lettres, je l'avais soutenu, mais au final je n'ai pas pensé à faire le mien. Puisque c'est son idée, je vais reprendre ses mots pour clarifier un peu ce que j'entends par flop dans le classement que je vous présente: "C'est l'écart qu'il y a entre l'attente que j'avais pour un disque et la déception qui s'en est suivie, ou alors la différence que j'ai pu percevoir entre l'accueil d'un disque autour de moi (proches, collègues, presses et publics) et le sentiment que j'en ai moi-même eu. Il n'y a de flop qu'en valeurs relatives, donc." 

Le premier problème que j'ai rencontré est que je fais souvent une pré-sélection très dure, du moins je l'ai fait pendant un moment, et donc je ne m'infligeais pas l'écoute d'un album qui avait peu de chances de me plaire au départ. Je me suis un peu assoupli, et puis je me suis créé une sorte d'obligation professionnelle qui m'a amené à jeter une oreille même sur les albums a priori mauvais. Pour me donner un "étalon de médiocrité" que j'me dis. En bref, on ne va trouver ici que des albums pour lesquels j'ai trouvé des motifs de les considérer comme peu intéressants. Je ne parle pas des albums auxquels je n'ai juste pas accroché, ils ne mérite pas ce petit cadeau de Noël.

10- The Tallest Man on Earth - The Wild Hunt

Certain diront que c'est de la pure méchanceté, je me considère simplement comme exigeant. Ce nouvel album du Bob Dylan suédois ne m'a pas plu pour de mauvaises raisons. Déjà parce que j'étais agacé de voir tout le monde porter aux nues un album qui n'était que la resucée du fabuleux Shallow Grave apparemment passé inaperçu il y a deux ans. Car The Wild Hunt n'est pas mauvais, mais franchement moins bon que son prédécesseur, et à ce titre, c'est une vraie déception. Dans ce registre, on peut aussi parler des Black Angels.

9- Ariel Pink's Haunted Graffiti - Before Today

Difficile de juger cet album. Quelques chansons m'ont vraiment plu (bizarrement pas "Round and Round", élue chanson de l'année par Pitchfork, mais "Bright Lit Blue Skies"), mais globalement je n'ai franchement pas trouvé ça terrible. Et puis Ariel Pink est vraiment trop à fond dans ce revival 80's, avec tout le kitsch et le mauvais goût qui va avec, et même si on me dit "Nan mais c'est second degré t'vois", bah moi j'trouve ça bien chiant, et j'vois pas pourquoi on en a tant parlé.

8- Midlake - The Courage of Others

Là ça me fait mal au coeur de les mettre là. Mais bon, faut dire que j'avais beaucoup aimé leur premier album à ces gars là. Et là j'ai trouvé que c'était juste pareil, en moins bien, comme pour The Wild Hunt. Les arrangements ne sont pas mauvais, mais bon on connait la recette, on sait que le tempo ne bouge pas d'un iota, on sait que toutes les chansons sont très 70's, que y'a des intros acoustiques et des solos électriques, on sait que le chant est mélancolique, et on en a marre. Alors ça fait flop, voire plouf.

7- Gorillaz - Plastic Beach

Là je suis assez consensuel, mais peut-être pas tant que ça. Gorillaz a toujours beaucoup divisé entre ceux qui trouvent ça révolutionnaires et ceux qui trouvent ça sans intérêt. Ce qui m'a déçu dans Plastic Beach, c'est que j'pensais vraiment qu'il serait génial, et que je l'ai même trouvé génial par moments. Mais des oasis de génialité dans un désert de médiocrité, ça rend très aigri. Du coup c'est une grosse déception. Y'a des très bonnes intros, j'pensais que ça serait du hip hop de taré, un concept musical génial. Au final c'est un pot pourri dont on ne retient que la putréfaction. Un gros gâchis. J'vais quand même pas acheter un album parce que j'aime bien quelques breaks et quelques intros, faut pas déconner.

6- Caribou - Swim

Je ne connaissais pas Caribou avant, donc je n'aurais pas le même avis que Julien sur la question. J'ai entendu "Odessa", j'ai vu que c'était bon, et puis j'ai écouté l'album, et j'ai vu que c'était nul. Marrant comme processus. Mon avis s'est fixé très vite: prétentieux, des bruits agaçants sur un groove très aléatoire, de la pop moitié expérimentale moitié electronique et qui au final ne ressemble pas à grand chose, si ce n'est à de la musique pas vraiment agréable. Bref, beaucoup de travail pour n'être finalement qu'assez indigeste. (quoi j'devrais dire pareil de The Age of Adz ? Chacun sa paroisse hein!)

5- Arcade Fire - The Suburbs

Grosse déception, parce que j'ai découvert Arcade Fire sur le tard, et que du coup The Suburbs arrivait alors que j'étais en pleine crise de "Mais Arcade Fire c'est trop bien!" Et ben non. Loin des albums monolithiques touchés par la grâce comme Funeral ou Neon Bible, ce nouvel album s'éparpille, essaie de rester fidèle aux vieilles recettes tout en voulant avancer, et au final ne fait que reculer dramatiquement. Je retiens "Ready to Start", qui aurait pu figurer comme chute de Funeral, ou "Sprawl II", ce qui est assez ironique dans le sens ou cette chanson n'est qu'un remix de Blondie qui s'ignore. A partir de là, difficile d'être satisfait.

4- The Black Keys - Brothers

Je ne m'attendais pas à ce nouvel album, qui m'est tombé dessus très tôt. Je l'ai écouté, je l'ai trouvé très vite fade, et je l'ai jeté en me disant que c'était bien le signe que je devais faire mon deuil de ce groupe. Et puis je vois que tout le monde trouve que feu mon groupe préféré n'a jamais sorti un si bon album. Je m'interroge, je réécoute. Non non, les arrangements sont toujours monstrueux, les chansons sont toujours plutôt niaises ou bien banales, je n'ai pas rêvé. Seule la voix de Dan Auerbach surnage. Mais pourquoi donc cet engouement ? Suis-je le seul que la batterie de "Black Mud" rend nauséeux, ou que l'écoute de "Never Gonna Give Up" a fait croire à un faux rickroll de mauvais goût ? Incompréhension.


"Chic un nouveau Squarepusher!" fut ma première réaction. "Mais c'est quoi cette horreur ?" fut la seconde. Ma chronique de l'album n'est même pas encore assez explicite. J'ai surestimé cet album qui n'est en fait qu'un attentat à tout ce que Squarepusher a pu construire par le passé. Plus aucune innovation, plus aucune audace, juste des chansons molles, au son médiocre voire franchement insupportable. Daft Punk nous déçoit déjà, alors si les anciens pionniers de Warp pouvaient éviter de nous pondre du mauvais Daft Punk ce serait sympa.

2- Black Mountain - Wilderness Heart

Autrefois un bon coup de fouet au revival 70's, Black Mountain en incarne désormais l'aspect le plus répugnant. Ce nouvel album n'est qu'un amas de clichés du hard rock de l'époque, souvent de très mauvais goût, parfois simplement inutile. En me forçant j'ai trouvé quelques bons passages à l'époque, mais en réécoutant je ne les entend plus. Alors pourquoi se forcer davantage.

1- Robyn - Body Talk

Mon coup de gueule de l'année. Robyn est pour moi le plus gros nanar musical de l'année, le must dans le genre arnaque , qu'on nous vend comme LE truc génial parmi la pop mainstream alors qu'en fait c'est juste dix fois plus mauvais, mais comme c'est suédois et pas américain on se dit que ça doit être du second degré. En tout cas c'est comme ça que j'interprète cette bouse, puisqu'il faut nommer les choses par leur nom. Quand Robert Rodriguez s'amuse à pomper des nanars au moins c'est drôle. Robyn non, ça me fait pas vraiment rire, j'ai plutôt un air effaré, les yeux écarquillés et la bouche ouverte en l'écoutant. Ca veut dire que ça m'impressionne, mais pas dans le bon sens.

5 commentaires:

  1. Oui! The Tallest Man On Earth : l'arnaque du siècle! Je rajoute un peu de piment!

    Pour Black Mountain, j'ajouterais qu'une bonne rasade de mauvais goût, c'est parfois délectable et bien rigolo!

    Tous mes meilleurs voeux!!!

    RépondreSupprimer
  2. Que de trucs que j'aurais pu citer aussi, Robyn, The Tallest Man On Earth, The Black Keys... Mais Ariel Pink et Midlake que j'adore. Ça fait partie du jeu :)

    RépondreSupprimer
  3. D'accord avec toi sur 8 albums. J'enlève juste Black keys et Caribou que je trouve assez corrects, mais je reconnais également qu'ils puissent décevoir. Moi aussi j'adore ce petit jeu même si dans ce top en fait je n'attendais absolument rien des albums présentés. Moi j'aime surtout quand le matraquage concerne des albums où le consensus est quasi total (cette année : S. Stevens, The national, Deerhunter, Autechre, K West...). Il m'arrive même de faire une chronique spécialement pour cette raison alors que comme beaucoup de gens je n'aime pas trop ce type d'exercice.

    RépondreSupprimer
  4. En effet, le dernier Squarepusher est tout juste déplorable :-S

    RépondreSupprimer
  5. j'ai l'avantage d'avoir découvert the Tallest Man et Midlake cette année, j'ai donc plutot aimé leur album, meme si je comprend fort bien tes critiques.
    Quant à Arcade Fire, je suis bien d'accord malheureusement...
    Bel exercice en tout cas...

    RépondreSupprimer